Présentation

L’usage de technologies numériques en Sciences Humaines et Sociales établit un nouveau rapport entre le chercheur et ses sources. Si ces usages ne sont pas nouveaux, ils sont longtemps restés le fait d’une communauté minoritaire au sein des SHS. Mais depuis une dizaine d’années, on assiste à une appropriation généralisée de ces technologies, induisant de nouvelles pratiques et, de fait, un profond renouvellement méthodologique.
 A l’ENS de Lyon, les différents laboratoires de SHS investissent ces nouvelles pratiques : IHRIM , ICAR, HiSoMa, Triangle, LARHRA.

Afin de mener des analyses et des expérimentations fédérées et de proposer des méthodes génériques et maîtrisées, l’Atelier des Humanités Numériques (AHN) regroupe un réseau d’ingénieurs et de chercheurs issus de ces laboratoires et travaillant sur différents projets de corpus numériques. L’AHN propose également des conférences, des formations aux technologies intervenant dans l’édition numérique de corpus ainsi que des ateliers d’entraide sous la forme de séances pratiques informelles. Ces formations et ateliers d’entraide sont destinés aux membres des différents laboratoires de l’ENS de Lyon travaillant dans le domaine des SHS et les conférences ou formations élargies sont ouvertes plus globalement au public de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Les séances de travail sont organisées deux fois par mois sur un thème particulier en fonction des demandes des participants, alternant les retours d’expérience et les partages de compétences. C’est un lieu important de diffusion des bonnes pratiques, de formation continue, de veille technologique et d’entraide. Les échanges directs entre ingénieurs et chercheurs sont favorisés au cours de séances de présentations d’outils pour les humanités numériques ou d’accompagnement comme par exemple dans les techniques d’encodage des données avec la TEI.

Outre les séances d’atelier régulières, sont organisées par l’AHN des formations ponctuelles répondant à des besoins spécifiques par exemple sur les forges logicielles, les gestionnaires de thesaurus multilingue ou la personnalisation du logiciel d’encodage oXygen ou des formations plus longues sur les bases de données XML et sur le langage de transformation XSLT.

Dans le cadre des conférences, ont été reçues en 2016 Marie Fisler (Labex Comod) : « Un arbre des idées, suite : classer les pensées politiques », et Elena Pierazzo (UGA) : « Théories, modèles et méthodes de l’édition savante numérique ».

Si l’animation de chaque séance est prise en charge sur le mode collaboratif par des membres de l’AHN désireux de transmettre un savoir ou un savoir-faire, l’organisation d’ensemble des séances, des formations et des conférences repose sur le travail d’une ingénieure d’études chargée de l’animation de la structure et de sa valorisation auprès de partenaires extérieurs.

L’AHN encourage également la mise en place d’autres réseaux de travail autour des pratiques numériques en SHS plus larges (analyse quantitative, analyse qualitative, cartographie, etc.) comme les Ateliers Pratiques Numériques en SHS mis en place par Triangle, HiSoMa, EVS, CMW et le Larhra, et reconnus par l’Ecole Doctorale 483.
 Leur objectif est de pallier en partie le manque de formation initiale en informatique appliquée aux SHS.

Du fait de sa démarche exploratoire, l’AHN utilise des ressources adaptées à une pratique expérimentale du développement logiciel : Une infrastructure informatique de développement, une forge logicielle collaborative, une mise à disposition souple de serveurs de développement, un accompagnement technique et des lieux de rencontre. 
Le Centre Blaise Pascal (CBP), maison de la modélisation de l’ENS de Lyon a mis en place ces différents outils pour nous permettre de tester toute la chaîne de travail qu’impliquent les différentes expérimentations menées au sein de l’AHN.
- cf. Plateforme collaborative de travail et forge : http://forge.cbp.ens-lyon.fr/.