Comparer les traductions – un outil d’alignement avec le projet « Odysseus »

Vendredi 6 avril : 9h30 – 12h
ENS de Lyon – site Buisson, salle 129 (1er étage)

L’atelier vient à la suite d’une journée d’étude le 5 avril, organisé par le chantier transversal « Humanités Numériques » de Triangle et avec le soutien du Labex Comod sur le thème de la « Traduction et les outils numériques« .

Marianne Reboul, post-doctorante à Obvil nous présentera lors de cet atelier les différents outils qui accompagnent sa réflexion sur l’étude des traductions, qu’elle a développé depuis sa thèse. Elle reviendra notamment sur la conception et le fonctionnement de l’outil d’alignement (programme source en Java) ainsi que sur l’analyse détaillée des résultats obtenus, dont on peut avoir un premier aperçu sur le site suivant : https://odysseuspolymetis.github.io/paralogos/.

 

Résumé

L’histoire des traductions est devenue un champ important de la littérature comparée et un outil exceptionnel pour produire une histoire culturelle et « penser la traduction ». Nous avons cherché à produire un outil logiciel, intitulé Odysseus, capable d’assister la réflexion comparatiste en permettant d’aligner des traductions en français d’Homère sur plus de quatre siècles : outil qui n’existait pas en tant que tel et pour lequel nous avons dû faire appel à des technologies de sémantique distributionnelle capables de rapprocher des traductions d’un même texte dans des langues différentes. Notre recherche s’est donc dédoublée en une réflexion historique et en un développement informatique, les deux dimensions étant étroitement liées dans le cadre de ce qu’on appelle désormais les « humanités numériques ».

D’un côté, il fallait inventer des méthodes et des algorithmes capables de mettre en parallèle au mot près des traductions aussi différentes que celle de Peletier (1547) et de Jaccottet (1955), ce qui n’avait pas été fait et pose des problèmes techniques qui seront exposés dans toute une partie, technique, de notre travail.

D’un autre, il fallait développer une réflexion méthodologique et épistémologique sur la manière dont on pouvait lire parallèlement 27 textes, mesurer l’évolution de leurs éléments, dans cette « forme spécifique de savoir » que sont les visualisations informatiques. Notre travail est donc à la fois une étude informatique et une étude littéraire, l’une étant indissociable de l’autre : si l’esprit humain peine à synthétiser des résultats portant sur au moins trois millions de mots, les machines sont évidemment incapables d’interpréter leurs propres résultats. Comparer manuellement des traductions les unes avec les autres, surtout pour un texte dont la tradition philologique est aussi riche que celui de l’Odyssée, suppose en effet au moins trois étapes : nous devions identifier la correspondance (ou non-correspondance) entre les parties du texte source et les parties d’un premier texte cible, identifier une seconde correspondance entre le texte source et un second texte cible, et enfin comparer les deux parties correspondantes des textes cible à celles du texte source. Le processus est coûteux. D’autre part, il expose le critique à une marge d’erreurs non négligeable : exécuter cette opération pour l’intégralité de deux textes cible est déjà difficile, mais la difficulté s’accroît avec le nombre de textes à comparer. Outre cela, la méthode manuelle restreint les possibilités d’analyses nouvelles que peut faire un ordinateur : un être humain, par exemple, ne peut pas calculer la proximité syntaxique moyenne de chaque texte cible par rapport au texte source et de classer chaque texte un à un, en respectant strictement les mêmes critères, ou de repérer des emprunts ou des plagiats sur des dizaines de milliers de vers. De son côté la machine s’arrête encore au comptage et à la mise en lumière de phénomènes statistiques. Quant au développement de l’intelligence artificielle, il est encore très loin de produire des analyses aussi fines que celles d’un humain. Par-delà son usage pour notre corpus, l’outil que nous avons développé est capable de s’appliquer à Homère mais aussi à tout corpus de traduction : nous avons développé un outil utile non seulement pour notre étude mais aussi pour tout le champ littéraire de la traductologie et de la littérature comparée.

Accessible librement sur le web (le repo étant en rénovation au moment où nous proposons cette présentation, nous donnerons l’adresse ultérieurement), le logiciel est placé sous une licence de réemploi « open-source ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.