Édition des actes de synodes protestants des XVIe et XVIIe siècles

Présentation

 

Projet scientifique :

Mise en ligne des textes des Actes des églises réformées de Bourgogne au XVIIe siècle.

Le corpus regroupe les textes des 25 synodes conservés sur 53 synodes connus.

Les synodes provinciaux sont une source essentielle à l’intersection des instances nationales des églises réformées (synodes nationaux) et des instances locales (colloques et consistoires).

Ils abordent les questions de doctrine, de discipline, d’éducation, nomment les pasteurs et répartissent les dotations financières entre les églises.

Il s’agit d’une source inédite. Le choix d’une édition électronique permettra de faciliter l’accès au texte, une facilité pour explorer le texte, la possibilité de confronter les différentes versions du texte, la possibilité de compléter les informations contenues dans le texte par des informations saisies dans une base de données.

Choix technologiques :

Dans un premier temps, le pôle histoire numérique a accueilli en 2010 une stagiaire du master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » de l’École Nationale des Chartes qui a réalisé un schéma d’encodage selon la Text Encoding Initiative (TEI), puis Christine Chadier, secrétaire de rédaction au LARHRA, s’est formée auprès du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR) à Tours pour pouvoir prendre le relais (stage d’initiation à l’encodage des Textes Patrimoniaux – Formation XML/TEI, 21 h). Christine Chadier et Yves Krumenacker ont ensuite transcrit directement les textes manuscrits dans un éditeur xml (Oxygen).

Pour cette édition nous avons décidé de saisir en parallèle les données balisées en TEI dans le corps du texte dans la BHP du projet symogih.org afin d’inclure dans le balisage sémantique les identifiants et de permettre de faire le lien vers les données contenues dans la BHP pour élargir les possibilités d’analyser et d’interroger le texte et l’enrichir au-delà de la source même grâce stockage cumulatif et collaboratif de données dans la base. Il s’agit dans un premier temps de repérer dans le texte des entités nommées nom de personne ou de lieu) ou des portions de textes (i.e. phrase, proposition) particulièrement significatives et pouvant donner lieu à une analyse sur l’ensemble du document édité. Ensuite les identifiants des éléments saisis dans la BHP (acteurs, lieux, informations, etc .) sont inclus dans un attribut (@corresp lorsque la donnée contenue dans la BHP correspond à la source, @ana lorsque la donnée contenue dans la BHP donne une analyse de la source).

Les processus de production et de correction des textes a été conçu de manière générique et multi-utilisateurs: le chercheur prépare en local ses textes, puis il les verse sur le serveur XML et peut éventuellement les retravailler en ligne dans le contexte d’un projet collaboratif ; un système de déclencheurs (triggers) réécrit les textes sur le serveur de publication qui sert à leur présentation au public.

Actuellement, nous utilisons un serveur eXist-db pour le stockage collaboratif des textes.

Pour la publication nous utilisons le framework de développement d’applications web disponible dans la plateforme eXist-db.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *